Publié le Catégories Agriculture, Chutes

Entretien des silos : attention danger mortel

Silo distillerie de Bazancourt Source : l’Union du 26/06/17

Nous ne le répéterons jamais assez, certaines denrées stockées dans les silos sont de vrais aspirateurs à individu. Comme le relate l’Union du 21/06/17 un technicien de la société ETH du Pas de Calais a été enseveli dans un silo de drêche (résidu de céréales pour l’alimentation animal) à la distillerie Cristanol de Bazancourt. Il n’a pu être sauvé et a trouvé la mort.

Comme nous le présentions dans ce blog lors d’un billet sur le travail en espace clos, il est impératif de respecter scrupuleusement les protocoles sécuritaires pour ce genre d’intervention, à savoir l’harnachement et l’encordage. Il est à noter que le contrôle du harnais est obligatoire une fois par an, conformément aux règles du contrôle réglementaire des EPI ( R4323-95 à 4335-7 / R 4721 -12 / L 4711-1 à 5 et A, du 19/03/93)

Harnais de sécurité dorsal / stop-chute /10m de la marque Levac.(source hello pro.fr)

Ne jamais se détacher pour quelques raisons que ce soit. Seuls des spécialistes habilités peuvent intervenir dans un silo car sont aguerris au travail en mode suspendu, régulièrement entrainé (souplesse et musculature développées) équipés d’EPI (Équipement de Protection Individuel) adaptés à la dangerosité de l’intervention (harnais de sécurité, casques, système d’anti chute mobile, combinaison et masque de protection respiratoire) et utilisant des matériels spécifiques liés aux risques ATEX (éclairage basse tension 24 v anti déflagrant, contrôleur de la teneur en oxygène, de gaz ou émanation CO2 H2S, aspirateur de poussières et ventilation de l’espace à raison de 1000M3/H)

Quand malheureusement un drame survient, l’ouverture d’une enquête est appelée à identifier les causes de l’accident. Elle s’oriente vers deux axes : l’un judiciaire, mené par la gendarmerie, l’autre juridique, mené par l’inspection du travail. Sur ce deuxième point, il va sans dire que l’une des premières pistes sur laquelle va s’engager l’inspecteur du travail va être celle de la tenue du Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels (DUERP), document où tous les risques sont répertoriés, incluant les préventions en cours et les plans d’actions en découlant. Dans le cas de l’accident objet de cette publication,  c’est le DUERP de l’entreprise prestataire de service qui devra prouver que son salarié, impliqué dans l’accident, a été formé de manière suffisante et conforme aux préconisations liées à la pratique du métier d’intervenant dans un silo. Le justificatif du contrôle du harnais sera aussi demandé pour s’assurer qu’il s’agit bien d’une défaillance autre que celle du matériel de soutien du salarié accroché aux parois intérieures du silo.

Les risques professionnels des salariés travaillant dans les silos
Intervention dans les silos agricole (source : grainscanada.gc.ca)

A ce sujet la commission canadienne des grains a publié sur son site un chapitre visant à expliquer les phénomènes dangereux des silos agricoles, notamment la formation de ponts, dont nous reproduisons ci-dessus une photo.

Nous recommandons vivement la lecture de cet article très documenté qui évoque les risques encourus, comme par exemple, la suffocation ou encore les fumigeants.

De son côté le propriétaire du silo devra lui aussi prouver que son matériel de stockage a bien fait l’objet d’entretien suffisant pour éviter la mise en danger de tout intervenant. Une fois de plus, seul le DUERP pourra attester que les risques ont bien été identifiés puis portés à connaissance des salariés et des entreprises extérieures.

Un autre risque apparait et souvent passé sous silence est, celui ci, financier: les cotisations AT/MP que règle l’entreprise à l’assurance maladie branche professionnelle, qui indexe ces montants en fonction de plusieurs critères (taille, gravité, fréquence, risques spécifiques…). Après un tel pépin (mort d’un homme) nul doute que cet incident aura de toute façon des répercutions sur les équilibres financiers de l’entreprise sur le court et moyen terme.

Pour conclure n’oublions jamais que les silos sont des bâtiments à risques et que travailler dans leur environnement peut devenir dangereux si les règles de sécurité ne sont pas respectées. Dans le cas qui nous interpelle ici, il semblerait que ce ne soit pas le cas, puisque seul un technicien est tombé dans la drêche

 

Publié par

CaptainRisk - IPRP -

www.captainrisk.eu permet aux entreprises d'élaborer leur Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels et d'intégrer les critères de la pénibilité, IPRP - Intervenant en Prévention des Risques Professionnels -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *