Publié le Catégories Réparation automobile, Risques Chimiques

Prévenir les émissions de gaz d’échappement en atelier de réparation automobile (4)

Protéger les salariés des particules poluantes
Comment préserver les mécaniciens du danger des rejets de gaz d’échappement ?

Les vapeurs d’échappement des véhicules constituent un risque pour la santé quand on les respire. Les vapeurs de carbone issues des carburants contiennent du monoxyde de carbone, un gaz toxique. Une exposition prolongée aux fumées de diesel, en particulier la fumée bleue ou noire, peut conduire à des quintes de toux et occasionner de l’essoufflement. L’exposition répétée sur le long terme (une vingtaine d’années) aux vapeurs de diesel peut augmenter le risque de cancer du poumon.

Pour protéger les salariés exposés aux risques des gaz d’échappement il convient de mettre en place des solutions d’extraction de l’air suivant le procédé ci-dessous. En France des aides spécifiques sont prévues pour aider les petites entreprises à investir dans des équipements adaptés. Ces aides à l’investissement qui émanent des caisses de l’assurance maladie via les Carsat, sont soumises à des critères répondant à la prévention des risques professionnels telle l’élaboration du document unique. Dans ces conditions, les préventions prennent tout leur sens et n’est plus un frein à la prévention contre les émissions de gaz d’échappement pour l’unité de travail « atelier de réparation » où sont réparés les véhicules à moteur thermique. Il est à noté que les moteurs électriques ne présentent pas ce risque.

Garder le lieu de travail bien aéré est la clé d’une bonne protection.

 

La préventions des risques dans la réparation automobile
Schémas d’évacuation des gaz d’échappement dans l’atelier (source HSE)

Les portes d’entrée de l’atelier ne peuvent servir de substitution à l’évacuation de l’air pollué dans l’atelier. Il est nécessaire d’avoir une évacuation efficace surtout en hiver lorsque les portes sont fermées. L’air devra donc s’évacuer via des extracteurs d’air positionnés dans les murs ou le toit.

Les gaz d’échappement peuvent rapidement atteindre un niveau de toxicité élevé, en particulier issus de moteurs froids et/ou liés à des démarrages intermittents. Il faut savoir que les convertisseurs catalytiques ne limitent en rien les risques de toxicité des gaz rejetés surtout lorsque le moteur n’est pas encore à température stabilisée et homogène. La toxicité des oxydes d’azote reste entière car en aucun cas ne sont retenus.

La prévention des risques en réparation automobile
Évacuation individuelle des gaz rejetés par les véhicules en réparation (source HSE)

Pour toutes ces raisons, l‘atelier devra être équipé d’un système individuel d’évacuation des gaz d’échappement que l’on branche au tuyau d’échappement du véhicule en réparation. Ce branchement devra s’effectuer quelque soit l’intervention à réaliser sur le véhicule lorsque le travail nécessite une intervention sur le véhicule moteur allumé. Régulièrement s’assurer que les raccords et les flexibles sont en bon état pour éviter les fuites.

Les sources de ce billet émanent de sites d’informations Européens produisant des contenus techniques et scientifiques relatifs à la prévention des risques professionnels

Publié par

CaptainRisk - IPRP -

www.captainrisk.eu permet aux entreprises d'élaborer leur Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels et d'intégrer les critères de la pénibilité, IPRP - Intervenant en Prévention des Risques Professionnels -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *